Author Topic: Coalition internationale pour l?interdiction des armes ? l?uranium ? ICBUW  (Read 1400 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Canadian_Vet

  • Administrator
  • Hero Member
  • **********
  • Posts: 1546
    • View Profile
    • Canadian Veterans Advocacy
Coalition internationale pour l?interdiction des armes ? l?uranium ? ICBUW

Journal favorisant la pens?e ind?pendante, l'?thique et la responsabilit?
pour le respect et la promotion du droit international, du droit humanitaire et des
droits humains (http://www.horizons-et-debats.ch/0712/HD12_20070402_17.htm)

Nature et utilisation de l?uranium appauvri

L?uranium appauvri (UA) est un d?chet nucl?aire. A l??tat naturel, l?uranium se pr?sente sous la
forme de trois isotopes diff?rents: U 234, U 235 et U 238. Les isotopes sont des atomes du
m?me ?l?ment qui ont des nombres diff?rents de neutrons mais le m?me nombre de protons.
Cela veut dire que leur comportement chimique est identique mais que les diff?rents isotopes
?mettent diff?rentes quantit?s et sortes de radiations.
Les propri?t?s radioactives de l?UA, compos? essentiellement d?U 238, diff?rent de celles de
l?U 235. Contrairement ? l?U 238, l?U 235 est fissible. Cela signifie qu?il est si instable que si on
le bombarde de neutrons, il peut produire une s?rie auto-entretenue de r?actions nucl?aires
d?gageant d??normes quantit?s d??nergie. C?est la base des armes et de l??nergie nucl?aires.
Cependant, avant d??tre utilis?, l?U 235 doit ?tre concentr? parce qu?il ne constitue qu?une petite
proportion de l?uranium naturel, environ 0,7%. L?U 238 repr?sente plus de 99% de l?uranium
naturel et est moins radioactif. Apr?s que l?on a retir? de l?uranium naturel la plus grande partie
de l?U 235, on l?appelle ?uranium appauvri?, c?est-?-dire ?uranium appauvri en isotope U 235?.
Chaque kilo d?uranium enrichi pr?t ? ?tre utilis? dans un r?acteur donne 11 kilos d?UA.
L?UA est un compos? chimiquement toxique et radioactif utilis? dans des munitions antichars en
raison de sa densit? ?lev?e. Il est 1,7 fois plus dense que le plomb, ce qui donne aux armes une
port?e et un pouvoir de p?n?tration plus grands. Ces munitions appartiennent ? un type d?armes
appel?es p?n?trateurs ? ?nergie cin?tique. La partie de l?arme constitu?e d?uranium, le
p?n?trateur, est une longue fl?che pesant plus de 4 kilos pour les plus gros exemplaires: ce n?est
ni une pointe ni une enveloppe. Le p?n?trateur est g?n?ralement fait d?un alliage d?uranium et
d?une petite quantit? d?un autre m?tal comme le titane ou le molybdenum. Cela augmente sa
solidit? et sa r?sistance ? la corrosion.
Deux soci?t?s am?ricaines produisent des munitions de chars de gros calibre ? l?UA: Alliant
Techsystems (obus de 120 mm) et l?ancienne Primex Technologies, maintenant General
Dynamics Ordnance and Tactical Systems (obus de 105 et de 120 mm). Trois autres entreprises
bas?es en France, dans l?ancienne Union sovi?tique et au Pakistan, fabriquent ?galement des
munitions de chars de gros calibre. Alliant Techsystems, la plus grande usine de munitions
am?ricaine, produit ?galement des munitions de petit calibre (25 et 30 mm) destin?es aux canons
des avions et des blind?s de l?Arm?e am?ricaine. La firme BAE Systems, bas?e au Royaume-Uni,
a fabriqu? jusqu?en 2003 des obus de 120 mm pour les Forces arm?es britanniques puis elle a
acc?s
direct aux
num?ros
impressum
Journal favorisant la pens?e ind?pendante, l'?thique et la responsabilit?
pour le respect et la promotion du droit international, du droit humanitaire et des
droits humains
http://www.horizons-et-debats.ch/0712/HD12_20070402_17.htm
cess? pour des raisons ?environnementales?.1
En plus des p?n?trateurs, l?UA est utilis? pour le blindage des chars de combat am?ricains
M1A1 et M1A2 et en petites quantit?s dans certains types de mines antiper-sonnel (M86 PDM et
ADAM), ces deux types contenant 0,101 g d?UA. 432 mines ADAM ont ?t? utilis?es sur les
champs de bataille du Kowe?t pendant la guerre du Golfe de 1991. Les Am?ricains poss?dent
des mines M86 PDM et des ADAM dans leurs stocks.
O? les armes ? l?uranium ont-elles ?t? utilis?es et par qui?
Les gouvernements ont souvent commenc? par nier qu?ils utilisaient des armes ? l?uranium ?
cause des probl?mes sanitaires. Il est ?vident maintenant qu?elles ont ?t? utilis?es sur une large
?chelle par les Etats-Unis et le Royaume-Uni pendant la guerre du Golfe de 1991 puis en Bosnie,
en Serbie et au Kosovo, puis de nouveau en Irak en 2003. On soup?onne les Etats-Unis d?avoir
?galement utilis? ces armes en Afghanistan en 2001, malgr? les d?n?gations des gouvernements
am?ricain et britannique. Toutefois, des documents de transport am?ricains confidentiels
divulgu?s ? la presse laissent penser que les Forces arm?es am?ricaines avaient des armes ?
l?uranium en Afghanistan mais on ne sait pas si elles ont ?t? utilis?es.2
On suppose qu?au moins 18 pays poss?dent des syst?mes d?armes ? l?uranium dans leurs
arsenaux, dont le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la France, la Russie, la Gr?ce, la Turquie, Isra?l,
L?Arabie saoudite, Bahre?n, l?Egypte, le Kowe?t, le Pakistan, la Tha?lande, la Chine, l?Inde et
Taiwan. Un grand nombre d?entre eux les ont achet?es aux Am?ricains alors que d?autres, dont
la France, la Russie, le Pakistan et l?Inde, les ont probablement d?velopp?es ind?pendamment.
Pourquoi est-ce un probl?me?
La poussi?re d?oxyde d?uranium produite lors de la combustion des munitions ? l?uranium n?a
pas de pr?c?dent dans l?histoire des munitions et elle n?existe pas dans la nature. Cette
poussi?re toxique et radioactive est compos?e de deux oxydes: l?un est insoluble et l?autre
mod?r?ment soluble. Certaines particules sont de l?ordre du sous-micron: elles s?inhalent
ais?ment et restent dans les poumons. De l?, les compos?s d?uranium vont se d?poser dans les
ganglions lymphatiques, les os, le cerveau et les testicules. Les cibles blind?es touch?es par les
p?n?trateurs ? l?uranium sont entour?es de cette poussi?re et des ?tudes laissent supposer qu?elle
peut se d?placer ? des kilom?tres lorsqu?elles se retrouvent dans l?atmosph?re comme ce peut
?tre le cas dans les climats secs. Cette poussi?re peut alors ?tre inhal?e ou ing?r?e par les civils
comme par les soldats. On pense que les armes ? l?uranium sont ? l?origine de la forte
augmentation de l?incidence de certains cancers comme le cancer du poumon et les lymphomes
dans certaines r?gions d?Irak apr?s 1991 et 2003. On lui a ?galement attribu? l?augmentation des
cas de malformations cong?nitales dans les r?gions proches des principaux champs de bataille de
la guerre du Golfe.
Les impacts de cibles douces, caract?ristiques des frappes a?riennes, ont tendance ? laisser les
p?n?trateurs partiellement intacts car la grande majorit? d?entre eux manquent leur cible. Dans
les Balkans, plus de 31 000 p?n?trateurs de 30 mm ont ?t? tir?s. D?apr?s le Programme des
Nations unies pour l?environnement (PNUE), ces p?n?trateurs en voie de corrosion peuvent
contaminer les nappes phr?atiques et les r?serves d?eau potable et devraient ?tre ?limin?s.3
Alors que nous avons une id?e assez pr?cise de la quantit? des munitions ? l?uranium qui a ?t?
utilis?e dans les Balkans (14 tonnes) et lors de la guerre du Golfe de 1991 (environ -320 tonnes),
on a peu de donn?es sur l?ampleur de son utilisation apr?s l?invasion de 2003. Ce qui est s?r,
http://www.horizons-et-debats.ch/0712/HD12_20070402_17.htm
c?est qu?on en a employ? beaucoup plus dans les zones urbaines. C?est essentiellement le r?sultat
d?une ?volution vers une guerre asymm?trique et d?une attitude de plus en plus d?sinvolte ?
l??gard de l?utilisation des armes ? l?uranium. Les Etats-Unis ont syst?matiquement refus? de
fournir au PNUE des donn?es sur les sites touch?s par des armes ? l?uranium et la situation
instable de l?apr?s-guerre a pratiquement emp?ch? l??valuation de ampleur de la contamination.
Effets sanitaires de l?uranium: 1. La radioactivit?
Le principal risque que repr?sente l?U 238 est le rayonnement alpha. Lorsqu?elles sont inhal?es
ou ing?r?es, les particules alpha constituent la forme la plus dangereuse de rayonnement
ionisant. Toutefois, lorsque l?U 238 se d?sint?gre en thorium et en protactinium, il ?met un
rayonnement b?ta et gamma qui augmente l?irradiation. Par cons?quent, il faut consid?rer les
particules d?uranium comme un m?lange dynamique d?isotopes radioactifs.
Le rayonnement alpha exerce d?incroyables ravages ? l?int?rieur du corps. On estime que les
dommages chromosomiques dus aux particules alpha sont environ 100 fois plus importants que
ceux provoqu?s par une quantit? ?quivalente d?autres rayonnements. Les particules lourdes et
hautement charg?es peuvent faire des trous dans l?ADN et entra?ner un flux de radicaux libres
qui perturbent les processus cellulaires subtilement r?gl?s. En un jour, un microgramme (un
millioni?me de gramme) d?UA pur peut ?mettre environ 1000 particules alpha. Chaque particule
est charg?e d?une ?nergie de 4 millions d??lectrons-volts. Cette ?nergie p?n?tre directement dans
l?organe ou le tissu o? la particule est log?e. Il suffit de 6 ? 10 ?lectrons-volts pour briser un brin
d?ADN dans une cellule et ces ?missions couvrent une superficie d?un rayon de 7 ? 20 cellules.4
Des effets originaux d??metteurs internes font ressortir les risques pos?s par l?exposition au
rayonnement alpha interne,5 par exemple l?effet de proximit?, qui consiste en ce que des cellules
voisines de celles frapp?es par les particules alpha manifestent ?galement des signes de
dommages dus aux radiations et l?instabilit? g?nomique o? les descendantes des cellules
endommag?es manifestent des taux de mutations plus ?lev?s: ph?nom?ne avant-coureur du
d?veloppement d?un cancer. Le rayonnement ionisant est un agent canc?rog?ne humain ? tous
les niveaux de doses, et non pas seulement aux niveaux ?lev?s. Il n?existe pas de dose seuil et
n?importe quelle particule alpha peut causer des dommages g?n?tiques irr?parables.
Effets sanitaires de l?uranium: 2. La toxicit? chimique
Les recherches approfondies sur la toxicit? chimique de l?uranium ont commenc? dans les
ann?es 1940. Depuis, il est apparu clairement que, comme l?exposition ? de nombreux autres
m?taux tels que le plomb, le chrome, le nickel et le mercure, celle ? l?uranium pouvait ?tre
pr?judiciable ? la sant?. Alors que de nombreuses recherches se sont born?es ? l??tude des
dommages caus?s ?ventuellement aux reins, depuis 1991, ? la suite des inqui?tudes manifest?es
? propos des armes ? l?uranium, des dizaines d?articles ont mis en lumi?re d?autres effets, plus
inqui?tants, de la toxicit? de l?uranium. Des recherches cellulaires et animales r?p?t?es ont
montr? que l?uranium est une toxine r?nale, une neurotoxine, une immunotoxine, un mutag?ne,
un carcinog?ne et un t?ratog?ne. La poussi?re d?uranium est une forme concentr?e d?uranium
beaucoup plus biodisponible que l?uranium pr?sent dans la nature. Des ?tudes r?centes sur des
hamsters ont montr? que l?uranium se fixe sur les brins d?ADN o? ils causent des dommages
oxydatifs en produisant des radicaux libres.6 Des recherches sur des rats ont r?v?l? que
l?uranium provoque des atteintes irr?parables des globules blancs et modifient l?expression
g?nique.7
http://www.horizons-et-debats.ch/0712/HD12_20070402_17.htm
Ces r?sultats et d?autres encore laissent penser que l?uranium n?est pas seulement hautement
toxique mais que sa toxicit? et sa radioactivit? peuvent se combiner et cr?er un effet synergique8,
cumulatif qui augmente les dommages caus?s aux structures et m?canismes cellulaires qui, ?
leur tour, entra?nent des tumeurs et une s?rie de sympt?mes qui se manifestent dans tout
l?organisme.
Commission internationale de protection radiologique (CIPR)
La CIPR est un organisme antid?mocratique, ind?pendant, qui fournit des recommandations sur
la protection radiologique ? des gouvernements et ? des organisations supranationales. Elle fait
des choix politiques concernant les doses re?ues et les avantages pour la soci?t?, travail qui, de
l?avis de nombreuses personnes, devrait ?tre laiss? aux politiciens. Si ses membres semblent ? la
hauteur en ce qui concerne la physique radiolo-gique, ils ont ?t? jug?s nettement moins bons en
mati?re de radiobiologie. La CIPR utilise des donn?es provenant des explosions atomiques
d?Hiroshima et Nagasaki pour ?valuer les taux de doses et d?exposition. Les victimes japo-naises
des bombes ont ?t? expos?es ? de fortes radiations gamma et b?ta externes. Or on a montr? que
la contamination environnementale ? long terme par les munitions ? l?uranium conduit ? une
exposition interne chronique ? un rayonnement alpha, ce qui rend peu pertinents les taux de
doses corps entier et de doses -organes. De plus, les estimations de doses de la CIPR sont
fond?es sur l??individu moyen? malgr? le fait que les radiations ionisantes font courir nettement
plus de risques aux jeunes enfants et aux -femmes enceintes.
Organisation mondiale de la sant? (OMS)
En 2001, l?OMS a publi? un rapport pr?tendant que, sauf dans des circonstances
exceptionnelles, l?exposition ? l?UA ne constituait pas un probl?me de sant? publique.9 Par la
suite, on a appris que des documents importants du minist?re am?ricain de la D?fense sur la
g?notoxicit? des munitions ? l?uranium avaient ?t? ?cart?s du rapport. Le Dr Keith Baverstock,
qui a travaill? dans l?unit? de protection radiologique de l?OMS, pense que les pressions
venaient du plus haut niveau.10 Il est ?vident que l?OMS est sous la d?pendance des Etats
membres qui la soutiennent financi?rement. Une autre source de confusion provient de ses
relations avec ses institutions soeurs, comme l?Agence internationale de l??nergie atomique dont
l?objectif est de promouvoir l??nergie nucl?aire. Le rapport de l?OMS reposait sur les mod?les de
la CIPR, lesquels s??taient r?v?l?s incapables d??valuer correctement les effets des ?metteurs
radioactifs internes.
Institut de radiobiologie des Forces arm?es am?ricaines (AFFRI)
Entre 2000 et 2003, le Dr Alexandra Miller, de l?AFFRI, ?tait une sommit? en mati?re de
recherches sur la toxicit? chimique et la radioactivit? de l?uranium sponsoris?es par le
gouvernement des Etats-Unis. A la suite de plusieurs articles de revue valid?s par des pairs dans
lesquels elle faisait ?tat de liens inqui?tants entre l?exposition ? l?uranium et la sant?, on lui a
coup? les cr?dits. Avec ses coll?gues, elle avait montr? pour la premi?re fois que les oxydes
d?uranium internes pouvaient provoquer une ?augmentation significative de la mutag?nicit?
urinaire?, qu?ils pouvaient rendre les cellules capables de produire chez les souris des tumeurs
canc?reuses au syst?me immunitaire d?prim? et que l?UA pouvait endommager l?ADN en
l?absence de d?sint?gration radioactive importante, c?est-?-dire uniquement par sa toxicit?
chimique. Le fait qu?on ait ?touff? son travail est caract?ristique du secret qui a entour? le d?bat
sur les armes ? l?uranium.
http://www.horizons-et-debats.ch/0712/HD12_20070402_17.htm
Statut l?gal des armes ? l?uranium
Bien qu?aucun trait? interdisant explicitement l?usage des armes ? l?uranium ne soit encore en
vigueur, il est ?vident que l?usage des armes ? l?uranium est contraire aux r?gles et aux
principes de base du droit humanitaire ? ?crit ou coutumier. Il s?agit:
? du principe g?n?ral de protection des populations civiles contre les cons?quences des
hostilit?s;
? du principe selon lequel le droit des parties ? un conflit arm? de choisir leurs ?m?thodes et
moyens de guerre? n?est pas illimit?;
? du principe selon lequel sont interdites l?utilisation dans les conflits arm?s ?des armes, des
projectiles ou des mati?res propres ? causer des maux superflus?, des ?armes empoisonn?es?,
des ?m?thodes ou moyens de guerre qui sont con?us pour causer ou dont on peut attendre qu?ils
causeront des dommages ?tendus, durables et graves ? l?environnement naturel? et les
destructions injustifi?es (cf. article 23 du R?glement de La Haye concernant les lois et coutumes
de la guerre sur terre et article 35 du Protocole additionnel I aux Conventions de Gen?ve);
? du principe de proportionnalit? de la D?claration de Saint-P?tersbourg ? l?effet d?interdire
l?usage de certains projectiles en temps de guerre.
En outre, aussi bien le droit humanitaire que le droit environnemental reposent sur les principes
de pr?caution et de proportionnalit? que les Etats devraient ? ce serait la moindre des choses ?
respecter. Deux R?solutions de la Sous-commission des droits de l?homme des Nations unies
(1996/16 et 1997/36) stipulent que l?usage de munitions ? l?uranium n?est pas conforme au droit
international et aux droits de l?homme.11
Le soutien ? l?id?e d?un trait? interdisant l?usage d?armes ? l?uranium fait son chemin dans le
monde. En 2006, le Parlement europ?en a r?affirm? ses trois pr?c?dents appels en faveur d?un
moratoire en demandant l?introduction d?une interdiction totale et en d?clarant inhumain l?usage
d?armes ? l?uranium et du phosphore.12 Des Etats individuels comme la Belgique travaillent ? la
modification de leur droit national afin de bannir l?usage des armes ? l?uranium.13 Aux Etats-
Unis, l?inqui?tude croissante ? propos des effets sanitaires des armes ? l?uranium a incit? certains
Etats ? instaurer des d?pistages pour les soldats rentr?s au pays.14
Coalition internationale pour l?interdiction des armes ? l?uranium (ICBUW)
Regroupant plus de 80 organisations dans le monde, l?ICBUW repr?sente actuellement le
meilleur instrument visant ? obtenir une interdiction mondiale de l?utilisation de tous les types
d?armes ? l?uranium. Bien que, conform?ment au droit international humanitaire, au droit
environnemental et aux droits de l?homme, l?usage des armes devrait d?j? ?tre ill?gal, un trait?
explicite, comme pour les armes chimiques et biologiques et les mines antipersonnel, est
certainement la meilleure solution pour en r?affirmer l?ill?galit?. Un tel trait? interdirait non
seulement l?usage des armes ? l?uranium, il en interdirait ?galement la fabrication et exigerait la
destruction des stocks et la d?contamination des champs de bataille et r?glementerait
l?indemnisation des victimes.
L?ICBUW a pr?par? un projet de Convention.15 Il contient une interdiction g?n?rale et compl?te
du d?veloppement, de la production, du transport, du stockage, de la possession, du transfert et de
http://www.horizons-et-debats.ch/0712/HD12_20070402_17.htm
l?usage des munitions ? l?uranium, des blindages ? l?uranium et de tout autre usage militaire de
l?uranium. Il formule ?galement des obligations concernant l?abolition des armes ? l?uranium et
la destruction des usines qui fabriquent ces armes. En outre, il oblige les Etats ? proc?der
rapidement ? la d?contamination des champs de bataille radioactifs et des sites d?essais, met
l?accent sur la protection des civils vivant dans ces zones ainsi que sur l?aide ? leur apporter et
oblige les Etats ? indemniser les victimes.
En faisant conna?tre ce projet de Convention, l?ICBUW suit l?exemple de la Campagne
internationale pour l?interdiction des mines antipersonnel. Les organisations constituant la base
de l?ICBUW font du lobbying au niveau national alors que l?ICBUW elle-m?me collabore avec
des organismes supranationaux comme le Parlement europ?en ou les Nations Unies. Nos activit?s
sont soutenues par Euromil ? European Military Union.16
Alors que les pays agresseurs refusent d??tudier les effets des munitions ? l?uranium sur les
populations civiles et en rejettent la responsabilit? sur des gouvernements d?apr?s-guerre faibles et
tr?s inquiets, l?ICBUW soutient des recherches ind?pendantes.
Deux projets de ce genre sont la Basra Epidemiological Study et l?Iraqi Children?s Tooth
Project.17 Le premier vise ? quantifier directement pour la premi?re fois l?ampleur de l??pid?mie
de cancers dans la r?gion de Bassora, dans le sud de l?Irak en examinant avec minutie les donn?es
sur les cancers avant et apr?s 1991. Pendant trop longtemps, les gouvernements am?ricain et
britannique ont cherch? ? ignorer les rapports sur l?augmentation des cancers en pr?tendant qu?il
s?agissait de ?propagande baathiste?. L?Iraqi Children?s Tooth Project a pour objectif d??valuer
l??tendue g?ographique et temporelle de la pollution par l?uranium en Irak en analysant les
isotopes d?uranium dans les dents de lait des enfants. On peut faire des dons en faveur de ces deux
projets sur www.bandepleteduranium.org.
Le consensus se fait de plus en plus parmi les organisations de la soci?t? civile, les scientifiques
et quelques organisations militaires sur le fait que les risques des munitions ? l?uranium ont ?t?
gravement sous-estim?s. Les organismes de l?establishment scientifique ont ?t? lents ? r?agir au
grand nombre de recherches nouvelles sur les munitions ? l?uranium et les politiciens ont ignor?
les demandes des chercheurs et des militants. De plus, la confusion entretenue d?lib?r?ment par
les industries mini?res, nucl?aires et de l?armement a entrav? les efforts visant ? faire reconna?tre
le probl?me et obtenir une interdiction. Un trait? ind?pendant court-circuitant la Convention sur
certaines armes classiques s?av?re ?tre la meilleure voie pour limiter l?utilisation future et la
prolif?ration de ces armes frappant sans discrimination. Comme le stipulent les Conventions de
Gen?ve, le droit de choisir des m?thodes ou moyens de guerre n?est pas illimit?. Nous ne devons
pas tol?rer que l?avantage militaire ? court terme invoqu? en faveur des armes ? l?uranium
prenne le pas sur notre responsabilit? vis-?-vis de la sant? ? long terme des hommes et de la
plan?te.
Suggestions d?actions
? Faites part ? vos ?lus ou ? votre ministre de la D?fense de vos inqui?tudes ? propos des armes
? l?uranium.
? Demandez plus d?informations ? l?ICBUW.
? Organisez une manifestation afin de r?colter des fonds pour l?ICBUW.
? Soutenez les recherches ind?pendantes sur les armes ? l?uranium (www.icbuw.org).
http://www.horizons-et-debats.ch/0712/HD12_20070402_17.htm
? Signez sur www.icbuw.org la p?tition pour l?interdiction internationale des armes ?
l?uranium.
? Adh?rez ? l?ICBUW.
R?f?rences bibliographiques
1 BAE CSR statement:
www.baesystems.om/corporateresponsibility/2003/stakeholders/index1.htm
2 Leaked US Army transport letter: www.bandepleteduranium.org/en/a/113.html
3 United Nations Environment Programme Recommends Precautionary Action Regarding
Depleted Uranium In Kosovo UNEP press release, March 2001. http://tinyurl.com/26pfck
4 Bertell, Dr R: Depleted Uranium: All the Questions About DU and Gulf War Syndrome Are
Not Yet Answered. International Journal of Health Services, Volume 36, Number 3, 2006.
5 Committee Examining Radiation Risks of International Emitters (CERRIE), Final Report,
www.cerrie.org , sponsored by the UK Dept. of Health and DEFRA.
6 Uranyl acetate induces hprt mutations and uranium-DNA adducts in Chinese hamster ovaries.
Stearns et al. Mutagenis 2005; 20: 417?423
7 Short-term effects of depleted uranium on immune status in rat intestine. Dublineau I et al,
Journal of Toxicology and Environmental Health. 2006 Sep; 69(17): 1613?28
8 Presentation of European Parliament by Dr Keith Baverstock, formerly of the WHO, Full text:
www.bandepleteduranium.org/en/a/24.html
9 WHO Guidance on Exposure to Depleted Uranium For Medical Officers and Programme
Administrators. http://tinyurl.com/aegbx
10 Interview, BBC Radio 4 Today Program, Nov 2006. http://tinyurl.com/2do8yw
11 UNHCHR resolutions: 1996: http://tinyurl.com/yqn5qv , 1997: http://tinyurl.com/ypjn75
12 European Parliament Makes Fourth Call for DU Ban:
www.bandepleteduranium.org/en/a/89.html
13 Report on the Hearing in the Belgian Parliament organised by the Commission on Defense of
the Chamber of Representatives 20 November 2006. www.bandepleteduranium.org/en/a/88.html
14 US Bill Requiring DU Health Studies Passed by House of Representatives June 2006,
www.bandepleteduranium.org/en/a/51.html
15 Draft Convention on the prohibition of development, production, stockpiling, transfer and use
of uranium weapons and on their destruction. www.bandepleteduranium.org/en/a/2.html
16 EUROMIL ? The European Military Union Call For Global DU Ban,
www.bandepleteduranium.org/en/a/110.html
?
http://www.horizons-et-debats.ch/0712/HD12_20070402_17.htm
17 Basra Epidemiological Study and Iraqi Children?s Tooth Project,
www.bandepleteduranium.org/en/i/42.html
Contact: ICBUW (bureau international), Bridge 5 Mill, 22a Beswick Street, Ancoats,
Manchester, United Kingdom, M4 7HR
Tel: +44 (0)161 273 8293/8283
Fax: +44 (0) 161 273 8293
E-Mail: info@bandepleteduranium.org
Web: www.bandepleteduranium.org
Publi? et diffus? sous forme de brochure en anglais par l?ICBUW.
(Traduction Horizons et d?bats)
(Horizons et d?bats, 2 avril 2007, 7e ann?e, N?12)
mise ? jour le 03/04/07
Canadian Veterans Advocacy - One Veteran One Standard

Web Site: http://www.canadianveteransadvocacy.com/index.html

Main FaceBook Group: https://www.facebook.com/groups/CdnVetsAdvocacy/

Main FaceBook Page: https://www.facebook.com/CanadianVeteransAdvocacy