Veterans/Military News-Discussion > National Defence Ombudsman Defense nationale

Ombudsman says military fails its sick soldiers (2002) + FR Version

(1/1)

Canadian_Vet:
Ombudsman says military fails its sick soldiers

FOR IMMEDIATE RELEASE
Ombudsman says military fails its sick soldiers

OTTAWA, February 5, 2002 -- Canada’s military Ombudsman, André Marin, today published the findings of his investigation on post-traumatic stress disorder (PTSD). He concluded that stress related illnesses are prevalent in the Canadian Forces and that systemic changes are required to modify attitudes and improve education and training.

“We found a disturbingly high incidence of soldiers returning from missions who were burnt out and broken. Those who reported their illness felt stigmatized and abandoned while many others had not disclosed their symptoms for fear of being ostracized by their leadership and peers,” said Mr. Marin.

The Ombudsman urges the Canadian Forces to get a handle on the magnitude of the problem by establishing a centralized database to accurately reflect the number of CF personnel, both Regular and Reserve Forces, who are suffering from PTSD. The report states that military medical personnel estimate the number of CF members suffering from PTSD to be as high as ten to twenty per cent. The percentage could be far higher when factoring in those with partial stress related symptoms.

“Current and planned data tracking will not adequately capture the prevalence of PTSD in the military. The department needs to establish its own database, its own solid, empirical evidence so that it can responsibly deal with treatment methods, successes and failures, and future planning,” said Marin.

In addition, he said, attitudes about PTSD across the military are poor and the military is a fertile ground for prejudice and misunderstanding about the disease.

“We spoke to far too many members of the Forces who felt that their peers and many of their leaders were insensitive and unresponsive to stress disorders. Many feel that they are regarded as ‘throwaway soldiers’. Many more are suffering and do not seek help, fearing they will be shown the door,” said Mr. Marin.

“If there was ever a need for education and training at all levels, the problem of PTSD is a unique example. But it must be dedicated training, it must be swiftly implemented, and it must be responsibly resourced. And because the problem is system-wide across the Forces, with disparate authorities affecting how the CF deals with PTSD, a single, overseeing authority to deal with this complex challenge is needed. The position, therefore, of a single Coordinator on PTSD reporting directly to the Chief of Defence Staff, is key to demonstrating that the Forces are taking this problem seriously.”

The report grew out of an investigation launched by the Ombudsman’s Office in April 2001 into a complaint by Corporal Christian McEachern who alleged that following his diagnosis with post-traumatic stress disorder he was stigmatized and unjustly treated by the military.

Cpl McEachern is a former member of 1 Princess Patricia’s Canadian Light Infantry based in Edmonton who was diagnosed with PTSD in the fall of 1997. He was released from the Canadian Forces in July 2001.

Mr. Marin said that his investigators found that Cpl. McEachern’s complaints were justified. He was stigmatized by his unit and left without the support of his peers that likely would have sustained him. “We concluded that the chain of command did not support him and the system, as a whole, failed to take care of him as one of their own.”

“We then started a wider examination of how members who suffer from PTSD are treated in the Canadian Forces, and why members suffering from symptoms of PTSD are reluctant to come forward. The investigation led to this report on Systemic Treatment of CF Members with PTSD which I am releasing today,” the Ombudsman said. “My report concludes that post-traumatic stress disorders in the Canadian military are pervasive and system-wide.”

The Ombudsman found that soldiers suffering from stress related illnesses are often stigmatized and shunned by their peers and chain of command. Many are considered “fakers” or “malingerers”. He refutes this perception and states that caregivers believe that only one to three per cent exaggerates symptoms of stress. The vast majority of those diagnosed with PTSD were above average to excellent soldiers.

In addition to recommending system-wide solutions such as centralized databases, training and educating personnel about PTSD, changing leadership attitudes and evaluating deployment –related training and procedures, the report found that systemic administrative issues must be addressed. The report expresses concerns about confidentiality of medical information, and inflexible use of occupational transfers for soldiers with PTSD. In addition, families of those suffering with PTSD are offered little by way of treatment or support.

The Ombudsman said that the Department of National Defence has undertaken valuable initiatives in addressing the problems of PTSD including the creation of trauma support centers and peer counseling programs, but that further reforms are urgently needed.

“PTSD afflicts some of our very best and brightest soldiers. They are members of our military family who have given much - sometimes to the breaking point. They deserve much in return. The military must take care of their own,” Mr. Marin said.

“The problem of PTSD is a battlefield in itself. Where we once crudely fought with hand to hand bush tactics, we must now wage a frontal attack. We will use all our energies to make sure that the recommendations of this report are implemented to effect cultural change within the Forces. I do not want the Canadian Forces to be looking back with 20/20 hindsight wondering why they did not take action when it was needed. Our Office will therefore work with the department to implement the report’s recommendations and will report back to the public in nine months time.”

------------------------

L'Ombudsman affirme que les forces armées négligent leurs soldats malades

OTTAWA, le 5 février 2002 - - - L'Ombudsman des forces armées du Canada, André Marin, a publié aujourd'hui les résultats de son enquête sur le syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Il a conclu que les maladies liées au stress sont courantes dans les Forces canadiennes et que l'on doit apporter des changements systémiques pour améliorer les attitudes, l'éducation et la formation.

« Nous avons constaté qu'un nombre inquiétant de soldats sont épuisés et brisés à leur retour de missions. Ceux qui ont signalé leur état se sont sentis rejetés et abandonnés, tandis que de nombreux autres militaires n'ont pas divulgué leurs symptômes de peur d'être mis de côté par leurs supérieurs et leurs confrères », a affirmé Me Marin.

L'Ombudsman incite les Forces canadiennes à prendre conscience de l'ampleur du problème en établissant une base de données centralisée qui reflète fidèlement le nombre de militaires de la Force régulière et de réserve qui souffrent du SSPT. Dans son rapport, l'Ombudsman déclare que, d'après le personnel des soins de santé des forces armées, de 10 à 20 pour 100 des membres des FC sont aux prises avec le SSPT. Par ailleurs, le pourcentage en question serait beaucoup plus élevé si l'on tenait compte des militaires qui présentent certains des symptômes de la maladie.

« Les méthodes actuelles et prévues de surveillance des données ne permettent pas de bien déterminer la présence du SSPT dans les forces armées. Le Ministère doit établir sa propre base de données et ses propres preuves empiriques, dans le but de faire face de façon responsable aux besoins en matière de traitement et de planification, ainsi qu'aux succès et aux échecs », comme l'a signalé Me Marin.

En outre, a-t-il précisé, les attitudes à l'égard du SSPT laissent à désirer à l'échelle des forces armées, et la maladie est mal comprise et fait l'objet de nombreux préjugés.

« Nous avons parlé à un bien trop grand nombre de militaires qui estimaient que leurs pairs et une forte proportion de leurs supérieurs étaient insensibles et indifférents aux problèmes de stress. Beaucoup de militaires ont l'impression qu'on les considère comme des « soldats jetables ». De nombreux autres militaires souffrent en silence parce qu'ils craignent qu'on les encourage à quitter les forces armées », a souligné Me Marin.

« Le SSPT est un exemple unique d'un problème qui nécessite la mise en place d'activités d'éducation et de formation à tous les paliers. Cependant, il faut donner une formation spécialisée, la mettre en oeuvre rapidement et lui consacrer les ressources nécessaires. Comme le problème est répandu à l'échelle des Forces et que diverses autorités décident de la façon dont les FC abordent le SSPT, il s'avère nécessaire de mettre en place une autorité de surveillance unique chargée de ce dossier complexe. Pour démontrer que les Forces prennent le problème au sérieux, il faut donc établir un poste de coordonnateur du dossier du SSPT qui relève directement du Chef d'état-major de la Défense. »

Le rapport découle d'une enquête lancée par le Bureau de l'Ombudsman en avril 2001 à la suite d'une plainte déposée par le caporal Christian McEachern qui disait avoir été déprécié et traité de façon injuste par les forces armées après avoir reçu un diagnostic de syndrome de stress post-traumatique.

Le cpl McEachern est un ancien membre du 1 Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, basé à Edmonton, dont le diagnostic a été posé à l'automne 1997. Il a été libéré des Forces canadiennes en juillet 2001.

Me Marin a précisé que ses enquêteurs avaient jugé justifiées les plaintes du cpl McEachern. Le militaire en question a été victime de réprobation au sein de son unité et n'a pas reçu de ses pairs l'appui dont il avait besoin. « Nous en avons conclu que la chaîne de commandement ne l'avait pas appuyé et que l'ensemble du système l'avait abandonné à son sort. »

« Nous avons ensuite entrepris un examen plus vaste pour déterminer comment les militaires qui souffrent du SSPT sont traités dans les Forces canadiennes et pourquoi ceux qui présentent des symptômes hésitent à les déclarer. L'enquête a mené à l'élaboration du rapport intitulé Traitement systémique des membres des FC atteints du SSPT que je rends public aujourd'hui », comme l'a indiqué l'Ombudsman. « Dans mon rapport, je conclus que l’existence du syndrome de stress post-traumatique est répandu à l'échelle des Forces canadiennes. »

L'Ombudsman a constaté que les pairs et la chaîne de commandement ont souvent tendance à pointer du doigt et à fuir les soldats qui souffrent de maladies liées au stress. Dans bien des cas, on prétend que les militaires « font semblant ». L'Ombudsman réfute ce point de vue et affirme que, d'après les fournisseurs de soins, seulement un à trois pour cent des personnes exagèrent les symptômes liés au stress. La vaste majorité des militaires ayant reçu un diagnostic de SSPT sont des soldats jugés supérieurs à la moyenne ou même excellents.

Dans le rapport, en plus de recommander des solutions applicables à l'ensemble du système, comme l'établissement de bases de données centralisées, la formation et la sensibilisation du personnel, la modification des attitudes des dirigeants et l'évaluation de la formation et des procédures relatives au déploiement, l'Ombudsman a signalé la nécessité de se pencher sur des questions administratives systémiques. Il soulève des préoccupations au sujet de la confidentialité des renseignements médicaux et du peu de souplesse dont on fait preuve quand vient le temps de reclasser des soldats souffrant du SSPT. Qui plus est, les familles des militaires atteints de cette maladie ne reçoivent pas beaucoup d'offres d'appui ou de traitement.

L'Ombudsman a signalé que le ministère de la Défense nationale avait pris d'importantes mesures pour régler les problèmes relatifs au SSPT, y compris la création de centres de soutien pour les victimes de traumas et des programmes de counselling des pairs, mais que d'autres réformes devaient être entreprises de toute urgence.

« Le SSPT afflige certains de nos meilleurs soldats. Il s'agit de membres de notre famille militaire qui ont beaucoup donné – parfois au point de se briser. Les militaires en question méritent beaucoup en retour. Les forces armées doivent s’occuper de leurs gens », a ajouté Me Marin.

« Le dossier du SSPT est un champ de bataille en soi. Nous devons abandonner notre tactique rudimentaire de combat corps à corps pour lancer une attaque frontale. Nous ferons tout en notre pouvoir pour veiller à ce que les recommandations du rapport soient mises en oeuvre de manière à entraîner des changements de culture au sein des Forces. Je ne veux pas que les Forces canadiennes se demandent plus tard pourquoi elles n'ont pas agi lorsque cela s'avérait nécessaire. Notre Bureau collaborera donc avec le Ministère pour appliquer les recommandations du rapport et il publiera un compte rendu de la situation dans neuf mois. »

Les membres des Forces canadiennes qui souffrent du SSPT et qui ont besoin d'information peuvent appeller le 1-88-88-BUDMAN. Toutes les conversations sont entièrement confidentielles, et les personnes qui appelleront seront dirigées vers les ressources appropriées.

Il est possible d'obtenir des exemplaires du Rapport spécial : Traitement systémique des membres des FC atteints du SSPT en visitant le site Web de l'Ombudsman au ou en communiquant avec les personnes ci-bas.

Personne ressource :
Barbara Theobalds
Directrice des communications
613-992-6962

Members of the Canadian Forces who are suffering from PTSD and who need information may call the Ombudsman’s Office at 1-88-88-BUDMAN. All calls are completely confidential and callers will be referred to the appropriate resources.

Copies of the Special Report on Systemic Treatment of CF Members with PTSD may be obtained on the Ombudsman web site at or by contacting:

Barbara Theobalds
Director, Communications
613-992-6962

Navigation

[0] Message Index

Go to full version